Widgets Amazon.frMaladies: Repro:Testicule Monorchidie Cryptorchidie du lapin male
Accueil

Maladies: Repro:Testicule Monorchidie Cryptorchidie du lapin male

fiche créée le: 2003-07-09 modifiée le : 2010-07-04

L'ectopie testiculaire est une anomalie, souvent congénitale, se traduisant par la descente d'un seul testicule dans le scrotum (monorchidie) ou de la persistance des deux testicules dans l'abdomen (cryptorchidie).

Voilà ce qui arrive : Vers 4 mois débute la descente des testicules dans les bourses. C'est souvent à cet age que l'on s'aper¡oit que l'on avait un míle plutôt qu'une femelle car le dimorphisme sexuel est alors évident.
Comme on peut le voir sur la photo, le scrotum n'est pas détendu du côté droit. Les testicules peuvent physiologiquement rentrer et sortir de l'abdomen car le canal inguinal est ouvert. Or en cas de monorchidisme un seul testicule peut le faire.
En parallelle, ll y a des manifestation extérieures: le caractère de míle est exacerbé associé avec un certain hirsutisme.

Evolution : Le testicule qui n'est pas sorti est plus facilement le siège de cancers.

Que se passe t'il ? Le diagnostic est souvent fait lorsque le vétérinaire est confronté à la demande de castration. Force est de constater que l'opération sera plus complexe.

Que peut-on faire ? Le traitement est bien sör de pratiquer la castration. Mais l'opération est beaucoup plus compliquée, car il faut aller chercher le testicule à l'intérieur de l'abdomen.
C'est plus délicat que l'ovariectomie.
On peut remarquer sur l'image prise en cours d'opération, que les testicules ectopiques sont souvent anormaux, et ressemblent un peu à un ovaire. On peut alors mieux comprendre les perturbations hormonales et comportementales du lapin qui est au milieu d'une guerre d'hormones !!!

Traitement : Castration par la ligne blanche en zonr basse.
Le testicule normal est refoulé vers l'intérieur pour permettre de simplifier la chirurgie.

Auteur :

Philippe Vanhee


Dr Vétérinaire

Soumis à copyright
Dr Vanhee Philippe Veterinaire
Contact: cliquez sur la Photo

Vanhée Philippe, cas clilique juillet 2003